Malgré le fait qu’une écrasante majorité de l’humanité utilise quotidiennement des ordinateurs, très peu d’entre eux sont réellement familiers avec leur fonctionnement.

Mais il y a pire que les ordinateurs électroniques de notre quotidien, composés de cartes de circuits imprimés, de câbles et d’autres semi-conducteurs : les machines sur lesquelles les scientifiques travaillent sont encore plus complexes.

Les chercheurs font sans cesse des progrès importants avec les ordinateurs quantiques, des ordinateurs qui, grâce à un « état superposé », lié au principe de superposition quantique (un même état quantique peut posséder plusieurs valeurs), peuvent effectuer plusieurs calculs en même temps, ce qui permet de résoudre des problèmes complexes plus rapidement. L’entreprise IBM (International Business Machines) prévoit déjà la création d’ordinateurs quantiques réellement performants pour 2033.

Un autre axe de recherches intéressant est celui des bio-ordinateurs. Mais qu’est-ce qu’un bio-ordinateur? Il s’agit d’une machine qui fonctionne à partir d’ADN et d’acides aminés. En manipulant les réactions chimiques naturelles présentes dans ces substances, les chercheurs peuvent stocker des informations et réaliser des calculs.

Les bio-ordinateurs pourraient être stockés sur l’ADN de cellules vivantes à l’avenir. Cette technologie pourrait emmagasiner des quantités presque illimitées de données et permettre aux bio-ordinateurs d’effectuer des calculs complexes qui dépassent nos capacités actuelles.

Arthur et Wayan