Un article proposé par Clara Levan dans le cadre du dossier genre et médias

Blair et Chuck
Serena et Eric

« Gossip Girl » est une série phénomène télévisée qui a attiré beaucoup d’attention pour sa représentation des genres. La série détaille l’ensemble des genres de manière complexe, cela permet une diversité de personnages qui remettent en question les stéréotypes traditionnels.

L’une des caractéristiques les plus intéressantes de « Gossip Girl » est la manière dont elle présente des personnages féminins : fortes et indépendantes. Blair Waldorf, par exemple, est une jeune femme ambitieuse, intelligente et déterminée (faculté prestigieuse…) qui ne se laisse pas dicter sa vie par les attentes de la société. Serena Van Der Woodsen, quant à elle, est une femme de 20 ans libre d’esprit, qui fait ses propres choix (petits boulots, études…). Elles montrent qu’elles peuvent réussir dans différents domaines, qu’il s’agisse de leur carrière ou de leur vie sociale.

          La série ne se limite pas à des personnages féminins forts, mais approfondit également les défis auxquels sont confrontés les personnages masculins. Chuck Bass, par exemple, est un personnage complexe qui évolue tout au long de la série. Il remet en question les attentes stéréotypées de masculinité et explore des questions de consentement, de vulnérabilité et de responsabilité (contraste entre son métier froid d’entrepreneur et son attitude empathique où il exprime ses sentiments aux personnes qu’il aime).

« Gossip Girl » parle également du « genre sexuel » à travers certains personnages. C’est les cas de la représentation du genre d’Éric van der Woodsen qui étudie des thèmes de diversité et d’identité sexuelle. C’est un personnage qui fait face à des défis personnels en tant que jeune homme gay. La série aborde son parcours de découverte de soi, ses relations et les défis auxquels il est confronté en raison de son orientation sexuelle. Elle sensibilise ainsi les gens à la communauté LGBTQ+.

« Gossip Girl » présente aussi certains stéréotypes américains, qui sont souvent utilisés pour renforcer les caractéristiques des personnages et l’intrigue de la série. Par exemple, la série met en évidence le style privilégié de vie extravagante : on voit l’élite de l’Upper East Side de New York, avec des personnages qui portent des vêtements de luxe, qui fréquentent des soirées glamour et qui vivent dans de somptueux appartements ; cela s’oppose à la classe modeste des habitants de Brooklyn. De plus, la série aborde la pression sociale et les attentes élevées auxquelles sont confrontés les adolescents américains : les personnages de « Gossip Girl » font face à une compétition pour obtenir les meilleures notes, entrer dans les meilleures universités et maintenir une image parfaite aux yeux de tous et de leur famille.

« Gossip Girl » n’est pas sans critiques en ce qui concerne la représentation des genres. La série utilise ces stéréotypes de genre pour créer un ensemble dramatique et captivant, il ne faut pas généraliser ces représentations à l’ensemble de la société américaine, qui ne reflètent pas la réalité de manière authentique. C’est un miroir de la société, qui doit être modulée à travers nos propres perceptions. Car la notion de représentation des genres est influencée par plusieurs facteurs : – les normes traditionnelles liée à la culture de chaque pays (ex : le puritanisme américain), les enjeux liés aux événements sociaux (ex : le mariage pour tous en France), et l’utilisation de l’image de la série (ex : dans les réseaux sociaux dans un but consumériste).

 

SOURCES A PRECISER